29Mai 2018

La cité des surhumains – Le premier roman choc et rythmé d’une maison d’édition naissante

 

 

 

Téléchargez le communiqué de presse

 

Ils ont des pouvoirs, ils sont nombreux, ils n’habitent pas loin !

 

Des surhumains par centaines de milliers sont confinés depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale au cœur des États-Unis dans une grande cité cachée aux yeux de tous, grâce aux accords d’Alpharetta passés avec le président Truman.

Mais voilà, certains n’en peuvent plus et veulent vivre au grand jour, d’autres veulent le pouvoir, quant à l’actuel président des États-Unis… (non, ce n’est pas Trump ici !)

De l’extraction au recrutement des uns à la trahison des autres, le premier roman de Jérémy Leroyer nous tient en haleine avec une galerie de personnages qui trouvent chacun leur épaisseur dans une suite de chapitres nerveux et rythmés.

Jérémy Leroyer combine, science-fiction et thriller politique avec des références aux comics pour renouveler et renverser le thème du super pouvoir (et du pouvoir tout court) et de celui qui le détient. Président ou homme de l’ombre, Pilier ou habitant lambda d’une cité qui elle, ne l’est pas, avec ses castes, ses règles et ses limites.

À propos de l’auteur

Né en 1976, fils d’artisans boulangers-pâtissiers, Jérémy Leroyer a grandi dans le Maine et Loire et les Deux-Sèvres. Il a aimé écrire pratiquement dès qu’il a su lire. D’abord des poésies, puis de l’imaginaire. Jérémy Leroyer a appris à taper sur la machine à écrire mécanique que ses parents lui ont offerte pour ses 12 ans. Les premières pages de La cité des surhumains sortent d’ailleurs de cette machine. Ses inspirations viennent à la fois de la littérature (Philip K. Dick et Isaac Asimov, entre autres), du cinéma et de la télévision (en particulier La Quatrième Dimension). Ayant vécu plusieurs années aux États-Unis, il tire de nombreuses scènes d’éléments autobiographiques et intègre le paysage et la culture américains aux pages de son roman.

La cité des surhumains est son premier roman, après plusieurs nouvelles et novelas.

À propos de Curiosity

La maison d’édition Curiosity a été créée à Strasbourg en mars 2018 par Laure Bérard. Après des études de Droit, un master en édition et une expérience dans l’édition juridique, cette jeune femme de 28 ans a décidé de donner corps à sa passion pour la littérature de science-fiction et policière. Avec La cité des surhumains, Curiosity édite, pour son premier livre, le premier roman d’un auteur qu’elle compte bien suivre pour le prochain épisode annoncé de La cité des surhumains. La mission de Curiosity : continuer de défricher pour publier de nouveaux talents de l’anticipation et de la SF.

La cité des surhumains est diffusé par Le Défi. L’ouvrage est disponible :

– en version papier en commande sur le site editions-curiosity.fr et en commande chez votre libraire au prix de 20 €. ;

– en version PDF et ePub en téléchargement sur le site editions-curiosity.fr au prix de 9, 99 €.

Des exemplaires papier ou en téléchargement sont disponibles gratuitement pour la presse sur demande

Téléchargez le communiqué de presse

Contacts presse

Laure Bérard, éditions Curiosity
07 61 96 42 99
laure.berard@editions-curiosity.fr

Fergus Mordacq, Ajuste
06 62 73 74 14
fergus.mordacq@ajuste-communication.fr

 

4Mai 2018

L’exigence qualité-fiabilité-sécurité du made in France NTN-SNR pour les butées de suspension

Téléchargez le communiqué

NTN-SNR a réceptionné mi-février à Seynod (Haute-Savoie, France) sa nouvelle ligne d’assemblage de dernière génération pour ses butées de suspension. Celle-ci vient compléter l’important parc machines de ce site de production de 42 000 m2. Sur ce marché en croissance, notamment au niveau de la rechange, NTN-SNR confirme son exigence de qualité, de fiabilité et de sécurité en investissant de façon permanente sur son site français de production. Elle confirme également sa position de leader sur la première monte et propose des pièces pour la rechange de qualité premium constructeur avec un contrôle qualité sur 100% des pièces. Cette qualité est essentielle pour des pièces de châssis qui contribuent à la sécurité du véhicule, notamment à sa tenue de route et à la qualité du freinage. Pour assurer une sécurité optimale, ces pièces de suspension doivent ainsi être remplacées en même temps que les amortisseurs. C’est pourquoi, NTN-SNR renforce également ses positions sur l’aftermarket. Sur ce marché qui sera sans doute dopé par les nouveaux contrôles techniques, son expérience de la première monte et la qualité premium de sa production lui permettent d’avoir des objectifs de croissance importants et de se positionner parmi les leaders sur ces pièces.

Investissements pour une qualité premium made in France

Plusieurs millions d’euros ont été investis dans l’usine de Seynod 1 pour assurer la qualité optimale de la production de butées de suspension de dernière génération. Une nouvelle presse qui développe une poussée de 600 tonnes met en oeuvre un process d’emboutissage de haute précision pour une meilleure productivité. Le traitement thermique est effectué dans la foulée toujours sur site, et deux nouvelles lignes d’assemblage de dernière génération dont la dernière réceptionnée le 7 février viennent compléter le processus de production. Entre première monte et rechange automobile, ce sont plus de 20 millions de pièces de suspension qui sont produites chaque année dans l’usine de Seynod. Les butées de suspension pour la rechange automobile bénéficient ainsi du savoir-faire et de l’exigence qualité de la première monte de NTN-SNR qui est un des leaders sur ce marché avec 35 % de parts de marché en Europe. Chaque pièce produite est de qualité premium. Elles sont constituées d’aciers trempés ainsi que de plastiques et de graisses de qualité supérieure. Elles font l’objet d’un contrôle qualité à 100%. Des mesures et contrôles automatiques sont réalisés tout au long du process d’assemblage et un dernier contrôle visuel esteffectué avant mise en colis. Par ailleurs, lors des phases de développement, les pièces sont soumises à de nombreux tests de validation : tests de compression/détente, d’étanchéité à la pollution et de durabilité (sur banc).

Une pièce de sécurité essentielle à remplacer avec les amortisseurs

Préconisations et évolutions réglementaires pour plus de sécurité

Les kits de suspension font l’objet de ce soin tout particulier car il s’agit bien de pièces de châssis contribuant à la sécurité du véhicule. Une suspension dégradée peut conduire à une distance de freinage rallongée de 15 % et peut provoquer un accident. NTN-SNR préconise à ce sujet de changer les butées de suspension au même titre et à la même fréquence que les amortisseurs, soit entre 75 000 et 100 000 km. Trop souvent, cette pièce essentielle au bon fonctionnement de la suspension est négligée. Les évolutions du contrôle technique devraient aider à une prise de conscience plus forte de son importance et du besoin de la remplacer.

Objectif 2020 : 95 % des modèles automobiles couverts par la gamme de rechange NTN-SNR
en qualité premium

NTN-SNR propose une gamme de butées et de kits de suspension intégrant les pièces de filtration qui s’étoffe d’année en année avec plus de 500 produits dont 386 kits de suspension avant et arrière. Objectif 2020 : atteindre un taux de couverture de 95 %. Cela en fait une des offres les plus étendues du marché de la rechange automobile sur ce type de pièces. Celles-ci font partie du département châssis de NTN-SNR qui a comme mot d’ordre « #SecurityInside ». Cette offre bénéficie de la qualité première monte « made in France » de NTN-SNR.

Téléchargez le communiqué

CONTACT PRESSE : Carol Donat – +33 (0)4 50 65 93 32 – carol.donat@ntn-snr.fr

5Avr 2018

Pour ses 100 ans, NTN-SNR inaugure une nouvelle usine du futur

Téléchargez le communiqué de presse

Argonay, l’usine 4.0 dédiée aux roulements aéronautiques

 pour les appareils nouvelle génération…et future

En 2018, NTN-SNR Roulements entre dans le club fermé des 1500 entreprises centenaires en France, avec un double anniversaire : celui de NTN Corporation et celui de NTN-SNR Roulements, dont le siège est à Annecy depuis 1918. Le Groupe profite de cette année emblématique pour inaugurer ce jeudi 5 avril 2018 en présence de Hiroshi Ohkubo, président de NTN Corporation et d’Alain Chauvin Pdg de NTN-SNR le deuxième bâtiment de l’usine d’Argonay. Dédiée à l’aéronautique, cette usine 4.0 est le fleuron des usines nouvelle génération. Un futur dans lequel NTN-SNR et NTN Corporation œuvrent quotidiennement.

100 ans de valeurs partagées

L’esprit pionnier toujours d’actualité

NTN-SNR Roulements a investi 27 millions d’euros sur le site industriel d’Argonay. Ce site, à la pointe de la technologie et de la productivité, satisfait aux exigences de qualité et aux volumes des commandes des nouveaux contrats signés. NTN- SNR Roulements produit les roulements, issus de plus de 10 ans de recherche et d’innovation, pour les moteurs nouvelles générations LEAP de CFMI -co-entreprise de GE et SAFRAN- (Airbus A320neo, Boeing 737 MAX et les C919 de l’avionneur chinois COMAC), GTF de Pratt et Whitney (A320neo, le MRJ de Mitsubishi, le C-Series de Bombardier, l’Embraer E-jet et l’Irkut MC21) et Trent 1000 et 7000 de Rolls Royce (A330Neo et le Boeing 787).

Près de 70% des investissements sont consacrés au parc machines pour les traitements thermiques (cémentation, traitement sous vide et nitruration), la rectification, l’usinage complexe, une nouvelle technologie de rupture pour la production de rouleaux, la métrologie, l’automatisation de certains procédés et les contrôles non destructifs. La méthode Lean a été appliquée à l’optimisation des gammes, à la conception des lignes et à l’ergonomie des postes de travail avec par exemple la réalisation de cotation de poste en phase étude aussi bien sur le plan physique que cognitif. Cette organisation, ainsi qu’une formation poussée des équipes, permettent de diviser par quatre le temps de traversée des pièces en production afin de soutenir les montées en cadences qui seront imposées par les nouveaux programmes. Un autre point majeur, pour répondre aux exigences de ces marchés, est la parfaite traçabilité des pièces produites qui est assurée par un pilotage informatique MES. Enfin, pour garantir la meilleure stabilité mécanique des pièces durant la production, le nouveau bâtiment répond à des contraintes thermiques importantes, n’autorisant pas de variations de plus de 1° C par heure sur 3800 m2.

Une usine du futur centrée sur

la performance, l’humain

et l’environnement

Avec l’innovation et la performance, NTN-SNR Roulements place son engagement environnemental et sociétal au cœur de sa stratégie d’entreprise. Son ambition : être un acteur industriel exemplaire. L’usine d’Argonay est une parfaite illustration de ces trois dimensions, avec une nouvelle unité de production de 3 800 m2 qui s’ajoute aux 9 800 m2 déjà existants, dédiée à l’aéronautique.

Performance process et machines

Un parc machine et process à la pointe

  • Nouveau traitement thermochimique de nitruration ainsi que cémentation et traitement thermique sous vide permettant une réduction des temps de traitement grâce à l’intégration d’opérations multiples
  • Industrialisation de nouveaux process de rectification pour répondre aux exigences des donneurs d’ordre
  • Parc machine d’usinage complexe best in class
  • Nouveau process de mesures tridimensionnelles avec une amélioration de la répétabilité et de la reproductibilité

Une usine connectée zéro papier

NTN-SNR a mis en œuvre un MES (Manufacturing Executive System) directement connecté à son ERP (Entreprise Ressources Planning).

Ce système permet à l’opérateur d’avoir toutes les données de production (données techniques de l’usine, plans, opérations à mener, etc.)  disponible sur son écran. Il peut ainsi contrôler les indicateurs de production, et piloter celle-ci en temps réel. Le système permet également de transmettre les données de traçabilité, corroborées par les appareils de mesure également connectés.

C’est une usine zéro papier pour 100% de traçabilité.

Une usine performante et flexible

Le temps de passage des pièces en production est divisé par 4, passant de 60 à 15 jours. Celui-ci répond à la montée en cadence, aux délais imposés par les donneurs d’ordre, et permet d’obtenir ainsi un taux de service supérieur à 95%.

Une organisation de qualité qui garantit la conformité, la fiabilité et la traçabilité.

Avec plus de deux à trois audits par mois, l’usine est certifiée à multiples niveaux :

  • ISO 9001 et EN/AS 9100 (Certification qualité dans le domaine de l’aéronautique)
  • Agrément de Production PART 21 – G (aviation civile commerciale)
  • NADCAP (Certification des Procédés Spéciaux : Contrôle Non Destructif et Traitement Thermique)
  • Agréments de Réparation PART 145, FAR 145 et CCAR 145, des autorités européennes, américaines et chinoises (pour la réparation de roulements pour l’aviation civile commerciale)

L’humain au cœur de la conception de l’usine du futur

  • Une nouvelle charte architecturale des usines pour des espaces de vie et de travail plus agréables
  • Des études ergonomiques effectuées à chaque poste ou ilot de production pour réduire les contraintes physiques
  • Une nouvelle définition de standards opérationnels pour réduire la charge cognitive des collaborateurs
  • De nombreuses formations dispensées directement par les fournisseurs de machines-outils et appareils

Une usine éco-conçue

Protéger l’environnement naturel

  • Des bassins de rétention et de décantation d’eaux pluviales avant rejet dans le milieu naturel
  • Des dispositifs anti-pollution dans le réseau de récupération d’eaux pluviales
  • Protéger le confort des voisins
  • Des silencieux à chaque sorties de traitement d’air

Améliorer l’environnement intérieur

  • L’air conditionné réversible est diffusé à proximité du sol
  • Le plafond traité pour un meilleur confort acoustique

Un bâtiment certifié ISO 50001 pour sa performance énergétique


 Les produits développés pour l’aéronautique

NTN-SNR Roulements réalise des roulements spécifiques de haute précision à billes, à rouleaux ou à aiguilles dans toutes les configurations possibles. Ils intègrent des fonctions supplémentaires pour répondre à des impératifs de transmission de puissance, de fixation ou d’anti-rotation. Ces roulements, conçus dans une plage de diamètres de 12 à 650 millimètres et exécutés dans des nuances de matériaux variées pour répondre aux exigences les plus sévères :

  • Haute précision.
  • Température extrême.
  • Grande vitesse.
  • Les produits dédiés à l’aviation civile

NTN-SNR fournit les roulements répondant à de nombreuses applications pour les avions de tous types. Ainsi, elle propose des roulements pour les moteurs (cf. ci-dessus). Elle fournit également des roulements pour les commandes de vol ou pour des accessoires comme les gyroscopes radar, les pompes ou encore les trains d’atterrissage.

  • Les produits dédiés à l’équipement des hélicoptères

NTN-SNR Roulements est le fournisseur leader en Europe pour les systèmes de transmission des programmes tels que le Dauphin, l’Écureuil, l’AW189et le Super-Puma. NTN-SNR fournit des roulements couvrant toutes les applications hélicoptères : turbine, boîte de transmission, arbre de transmission arrière, boîtier accessoires, rotor, commandes de vol.

  • Les produits dédiés à l’aérospatial

NTN-SNR est impliquée dans les programmes spatiaux, avec Ariane en Europe par exemple et fournit à ce titre des roulements très spécifiques (fiabilité extrême, propreté, lubrification, etc.) pour les turbo-pompes ou les satellites.

 

Les innovations pour le marché aéronautique

Sur le marché de l’aéronautique, les avancées technologiques portent essentiellement sur le respect des normes environnementales, la réduction de la consommation de carburant et du bruit, la compacité des roulements. Pour cela les équipes de NTN-SNR Roulements travaillent quotidiennement sur la réduction des frottements, la résistance aux fortes températures, les fonctions d’intégration et la lubrification.

  • Dans le cadre du programme européen Cleansky, NTN-SNR a développé des roulements à billes de pieds de pales pour le moteur démonstrateur Open rotor de Safran Aircraft Engines. Les roulements de pieds de pales permettent la variation de l’angle d’incidence des pales au cours de leur rotation jusqu’à plusieurs dizaines de degrés. NTN-SNR a répondu aux nombreuses contraintes techniques imposées par cette architecture. NTN-SNR a ainsi développé un système d’étanchéité et une solution tribologique complexe spécifiques pour faire face aux conditions de lubrification particulières. Il fallait également répondre à des contraintes de couple maximum pour actionner aisément le système de commande d’incidence des pales.
  • NTN-SNR a développé des revêtements de surface innovants et a réalisé des optimisations de géométrie interne pour répondre aux exigences drastiques de fonctionnement en coupure de lubrification.
  • Un axe de recherche concerne le développement de corps roulants en céramique et de nouveaux matériaux pour les bagues.
  • Le développement de roulements à rouleaux coniques haute vitesse de 2e génération est également une priorité.
  • Très en pointe dans le domaine de la mécatronique, NTN-SNR explore cet axe pour améliorer la maintenance sur les roulements d’hélicoptères et de turboréacteurs. Les technologies de monitoring mises en œuvre par NTN-SNR dans l’industrie éolienne offrent des perspectives intéressantes pour être adaptées à ces besoins.
  • Enfin, NTN-SNR mène un programme de recherche sur la métallurgie des poudres Cette nouvelle technologie est très prometteuse pour obtenir des aciers capables de supporter des charges plus importantes dans un même encombrement grâce à une plus grande dureté et une meilleure résistance à la fatigue. Elle travaille sur ce sujet avec Aubert et Duval, aciériste français reconnu dans le monde aéronautique.

 

***

NTN-SNR ROULEMENTS est une entité de NTN Corporation. Avec avec un chiffre d’affaires de plus de 5,4 milliards d’euros, NTN Corporation est l’un des leaders mondiaux en tant que concepteur, développeur et fabricant de roulements (3e mondial) et de joints de transmission (2e mondial). NTN Corporation est présent sur tous les marchés de l’industrie, de l’automobile et de l’aéronautique. Le rachat de la société SNR Roulements en 2007 par le groupe NTN Corporation a permis à ce dernier de renforcer sa présence en Europe et son positionnement en tant que leader mondial. NTN en Europe emploie environ 6.000 personnes et compte 13 sites de production, dont 7 en France.

Téléchargez le communiqué de presse
CONTACT PRESSE :      Fergus Mordacq, Ajuste communication

Tél.: +33 (0)6 62 73 74 14

fergus.mordacq@ajuste-communication.fr

26Mar 2018

NTN-SNR fête ses 100 ans

Téléchargez le communiqué de presse

100 ans d’innovation, de passion, d’anecdotes,

et ce n’est pas prêt de s’arrêter !

En 2018, NTN-SNR Roulements entre dans le club fermé des 1500 entreprises centenaires en France, avec un double anniversaire : celui de NTN Corporation et celui de NTN-SNR Roulements, dont le siège est à Annecy depuis 1918. Derrière l’histoire de chaque grande entreprise se trouvent des femmes et des hommes qui, par leur énergie, leur expertise et leur passion, donnent vie à l’entreprise et la font perdurer. Ce centenaire est l’occasion de célébrer les salariés d’hier et d’aujourd’hui de cette entreprise pionnière, de rappeler les valeurs qui l’ont bâtie et de présenter 100 ans d’innovations. Ce centenaire est un symbole, puisqu’il pose les bases solides d’une entreprise prête à se plonger dans les défis de demain. Investissements, innovations et engagement social et environnemental vont lui permettre de rayonner à partir d’Annecy, en Europe, en Afrique, au Brésil, et au Moyen-Orient. Différentes manifestations sont prévues à Annecy à destination des collaborateurs, des clients mais également du grand public. L’exposition « 100 ans d’histoire au cœur d’Annecy », permettra aux annéciens et aux salariés de découvrir ou redécouvrir l’évolution conjointe de NTN-SNR et de la ville. NTN-SNR profite de cette année emblématique pour inaugurer le deuxième bâtiment de l’usine d’Argonay. Dédiée à l’aéronautique, cette usine 4.0 est le fleuron des usines nouvelles générations de NTN-SNR. Un futur dans lequel NTN-SNR et NTN Corporation sont pleinement engagés.

100 ans de valeurs partagées

pour construire un esprit d’entreprise

Depuis plus de 100 ans, la force de NTN-SNR est la passion, l’expertise et l’engagement de ses femmes et de ses hommes. Son objectif : offrir un environnement de travail agréable afin que ses salariés évoluent et se réalisent au quotidien ; offrir une ambition commune, qui donne du sens aux actions de chacun. La solidarité, la bienveillance et l’expression sont des valeurs portées par l’entreprise. L’évolution, la montée en compétences au travers d’un plan de carrière et des formations tout au long de la vie professionnelle sont pour l’entreprise des vecteurs de réussite et de bien-être.

 « Produire des technologies qui amélioreront le monde pour les générations présentes et à venir en préservant notre planète et en apportant des solutions technologiques et innovantes. Rendre le monde Nameraka (harmonieux) ». Ces mots prononcés par Hiroshi Ohkubo, président de NTN Corporation reflètent la volonté du Groupe de relever ces défis au quotidien.

En juin, une manifestation est dédiée aux collaborateurs de l’entreprise et une journée portes-ouvertes sur l’ensemble des sites de production le sera aux salariés, aux retraités et à leurs familles.

100 ans d’histoire pour se projeter dans l’avenir

NTN-SNR place son engagement environnemental et sociétal au cœur de sa stratégie d’entreprise. Son ambition : être un acteur industriel exemplaire.

Ce centenaire est également l’occasion de présenter le projet d’avenir de NTN-SNR articulé autour de l’humain, de l’innovation, du développement durable et de la performance.

Faire vivre l’innovation et continuer d’anticiper

L’innovation est au cœur de la stratégie de développement de l’entreprise. Les équipes de NTN-SNR imaginent et construisent les solutions d’avenir. Elles détectent, comprennent et anticipent les tendances, en comprenant les enjeux de la mobilité et de l’écologie. NTN-SNR investit 4% de son chiffre d’affaires annuel dans sa R&D au service de nouveaux projets qui lui assurent aujourd’hui une place parmi les leaders. Pionnier de la mécatronique, NTN-SNR a créé, il y a déjà 20 ans, l’ASB devenu depuis un standard international. Elle a équipé le TGV qui détient le record de vitesse sur rail ; elle a conquis le ciel avec Ariane, et équipe tous les moteurs aéronautiques de dernière génération. Du simple roulement au roulement intelligent et à des systèmes de plus en plus intégrés, NTN-SNR fait évoluer la géométrie des systèmes, met en œuvre de nouveaux matériaux et de nouveaux process pour toujours plus de performance, moins de consommation et une fiabilité ainsi qu’une sécurité augmentées.

Un projet industriel stratégique, un outil de production performant

NTN-SNR investit dans un projet industriel stratégique pour moderniser et rendre plus efficient son outil de production en France comme en Europe (Allemagne, Italie, Roumanie, …). Elle bénéficie pour cela du soutien de NTN Corporation qui est aujourd’hui le 2e investisseur japonais en France.

NTN-SNR a pour volonté de plonger dans la transformation digitale et de devenir un acteur majeur et reconnu à travers cette dimension clé. L’usine d’Alès, dans le Gard, en est un exemple. Celle-ci produit les roulements de roue de 3e génération et a obtenu le label Vitrine Usine du futur par l’Alliance Industrie du futur.

L’usine du futur est la première réponse à cette révolution du process industriel, basée sur les nouvelles technologies et l’innovation. L’usine 4.0 est la fusion d’internet et des usines. À chaque maille de la chaine industrielle, de la production à l’approvisionnement, les outils et les postes communiquent en permanence. Capteurs, automates, big data, cloud, l’industrie assiste à une réorganisation complète du mode de production en s’appuyant sur les outils existants et en les connectant.

Un des moments forts de ce centenaire sera l’inauguration officielle du bâtiment 2 de l’usine d’Argonay, près d’Annecy, autre exemple d’usine 4.0.

NTN-SNR Roulements a investi 27 millions d’euros sur le site industriel d’Argonay et propose un site à la pointe de la technologie et de la productivité pour satisfaire aux exigences de qualité et aux volumes des commandes des nouveaux contrats signés. C’est une véritable usine du futur pour produire les roulements des moteurs nouvelles générations LEAP de CFMI (co-entreprise de GE et SAFRAN), GTF de Pratt et Whitney et Trent 1000 et 7000 de Rolls Royce, issus de plus de 10 ans de recherche et d’innovation.

Un projet pour les femmes et les hommes de l’entreprise

L’ambition d’une entreprise ne se réduit pas à un projet industriel. NTN-SNR promeut l’humain, l’innovation et le développement durable. Son objectif : offrir un environnement de travail agréable afin que ses salariés évoluent et se réalisent au quotidien. NTN-SNR cherche à développer au travers du management du futur, le potentiel de chaque collaborateur. Pour cela, NTN-SNR responsabilise et autonomise ses collaborateurs, grâce à des systèmes d’aides à la décision, à la suppression des tâches pénibles et répétitives et aux outils de management visuel. Chaque collaborateur, à son entrée, est formé et continue de monter en compétences tout au long de sa carrière. Le leitmotiv de NTN-SNR et de ses collaborateurs est de s’inscrire dans une logique d’amélioration continue.

Classée par la plateforme Ecovadis en 2016 dans le top 8% des entreprises évaluées les plus performantes dans le secteur de la métallurgie, NTN-SNR s’est engagée depuis plusieurs années dans une démarche RSE proactive : accord sur l’égalité homme-femmes dans l’entreprise qui garantit l’égalité salariale à responsabilité égale ainsi que des opportunités d’évolution équivalentes, engagements éthiques qui passent par la formation des managers à la charte éthique du Groupe.

Avec l’ensemble de ses sites de production certifiés ISO 14001 et tous ses sites français certifiés ISO 50001 pour leur performance énergétique, NTN-SNR est résolument engagée dans une production responsable et durable.

« Parce que pour nous, demain c’est aujourd’hui » NTN-SNR

***

NTN-SNR ROULEMENTS est une entité de NTN Corporation. NTN Corporation, avec un chiffre d’affaires de plus de 5,4 milliards d’euros, est l’un des leaders mondiaux en tant que concepteur, développeur et fabricant de roulements (3e mondial) et de joints de transmission (2e mondial). NTN Corporation est présent sur tous les marchés de l’industrie, de l’automobile et de l’aéronautique. Le rachat de la société SNR Roulements en 2007 par le groupe NTN Corporation a permis à ce dernier de renforcer sa présence en Europe et son positionnement en tant que leader mondial. NTN en Europe emploie environ 6.000 personnes et compte 13 sites de production, dont 7 en France.

CONTACT PRESSE :      Fergus Mordacq, Ajuste communication

Tél.: +33 (0)6 62 73 74 14

fergus.mordacq@ajuste-communication.fr

Téléchargez le communiqué de presse

Programme du centenaire de NTN-SNR

à Annecy

Jeudi 5 avril :         Inauguration de la nouvelle unité de l’usine d’Argonay (près d’Annecy, Haute-Savoie, France)

Vendredi 6 avril :   Vernissage de l’exposition « 100 ans d’histoire au cœur d’Annecy » au centre culturel Bonlieu (Annecy, Haute-Savoie, France)

Vendredi 1er juin :  Manifestation et soirée des collaborateurs

Samedi 2 juin :      Journées portes ouvertes des sites du Grand Annecy pour les salariés, les retraités et leur famille

20Mar 2018

Les cinq barreaux de Savoie et Haute-Savoie appellent à la journée justice morte le 21 mars

Téléchargez le communiqué

Les cinq barreaux de Savoie et de Haute-Savoie soutiennent la résolution du Conseil National des Barreaux et appellent leurs confrères à se mobiliser pour une journée « justice morte » ce mercredi 21 mars. Les chefs de cours et de tribunaux ont été avertis de cette décision.

 

RÉSOLUTION DU CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

PROJET DE LOI DE PROGRAMMATION POUR LA JUSTICE : les avocats contre la privatisation de la justice, pour les droits des citoyens

Le Conseil national des barreaux, réuni en assemblée générale les 16 et 17 mars 2018, AFFIRME à nouveau son opposition à un projet dicté par une vision purement gestionnaire au mépris des droits fondamentaux ;

OPPOSE un refus catégorique à des dispositions qui renforcent les pouvoirs du parquet et de l’enquête au détriment des droits des citoyens et portent atteinte aux libertés individuelles, aux droits de la défense et à la place des victimes ;

REFUSE une déjudiciarisation et la perspective de déserts judiciaires qui priveront le citoyen de l’accès au juge ou des garanties attachées à la présence de l’avocat ;

PREND ACTE des évolutions obtenues par la profession unie et donc du retrait des dispositions relatives à la saisie immobilière et du maintien de la présence de l’avocat dans la procédure de CRPC ;

POURSUIT, malgré l’absence de concertation préalable sur le projet de loi et donc dans un cadre désormais trop contraint, son travail de propositions pour transformer le projet dans le seul intérêt des justiciables ;

MAIS EXIGE du gouvernement d’être immédiatement associé à la rédaction des projets d’ordonnances et de décrets ;

 INVITE les avocats, acteurs de l’Etat de droit républicain, à mobiliser leurs élus locaux et leurs parlementaires, pour garantir la proximité et l’humanité de la justice sur tous les territoires ;

APPELLE à la mobilisation de tous les avocats le mercredi 21 mars prochain, jour annoncé du dépôt du texte au Conseil d’Etat, dans le cadre d’une journée “justice morte” ;

Contact presse

Fergus Mordacq, AjusteTél. : 06 62 73 74 14

fergus.mordacq@ajuste-communication.fr

17Mar 2018

Une victoire à célébrer en Pays de Savoie Mont-Blanc Mais vigilance et mobilisation sur de nombreux points de la réforme

Téléchargez le communiqué

Les cinq barreaux de Savoie et de Haute-Savoie se réjouissent de la victoire à laquelle ils ont contribué pour le maintien de la Cour d’appel de Chambéry et des tribunaux de Grande instance d’Albertville, Bonneville et Thonon-les-Bains. Sur ce dernier point cette victoire est sous réserve des modalités et du contenu précis des transferts éventuels de compétences et/ou spécialisations d’un tribunal à l’autre. Les cinq barreaux unis sur ces sujets seront particulièrement attentifs à cette mise en œuvre sur le territoire de Savoie Mont-Blanc. De nouvelles actions sont possibles sur d’autres points du projet qui pourraient porter atteinte aux droits des citoyens.

Une mobilisation de tous, élus de tous bords, professions judiciaires, forces vives et citoyens

Dans ce combat, les cinq barreaux tiennent à remercier l’ensemble des parlementaires et élus locaux des Pays de Savoie Mont-Blanc, de la majorité comme de l’opposition, qui les ont écoutés, compris et soutenus dans leur démarche en interpellant, écrivant et rencontrant la ministre. Ils remercient leurs confrères de la Conférence régionale des barreaux Rhône-Alpes avec qui ils ont travaillé dans l’unité et la cohésion même s’ils regrettent que le barreau de Grenoble les ait quittés pour jouer une partition solitaire peu compréhensible. Ils remercient également l’ensemble des citoyens et des forces vives des pays de Savoie Mont-Blanc qui les ont soutenus à travers leur signature pour le maintien de la Cour d‘appel de Chambéry et des cinq tribunaux de grande instance de son ressort.

L’unité des avocats au niveau national, essentielle à notre combat pour les droits des citoyens

Ce combat a été gagné aussi parce qu’au plan national, nos instances représentatives, la Conférence des Bâtonniers et le Conseil National des Barreaux ont su parler d’une seule voix face à la ministre de la Justice. D’ailleurs, par rapport au texte qui leur a été soumis le 9 mars, leur mobilisation a permis d’obtenir ce vendredi 16 mars des modifications substantielles pour la protection des droits des citoyens dont certains pans auraient pu être mis à mal. C’est ainsi que la Chancellerie vient de confirmer à nos institutions qu’elle retirait du projet de loi la disposition réformant la procédure de saisie immobilière et réintègre l’avocat obligatoire dans la comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).

Encore une fois il est regrettable que la ministre de la Justice n’ait pas mené une concertation dans les formes et ne nous entende qu’au dernier moment avant de soumettre son projet au Conseil d’Etat.

Notre vigilance reste entière sur le projet de loi qui sera présenté et nous sommes prêts à mener de nouvelles actions dès ce début de semaine si la situation l’exigeait.

Téléchargez le communiqué

Contact presse

Fergus Mordacq, AjusteTél. : 06 62 73 74 14

fergus.mordacq@ajuste-communication.fr

2Mar 2018

NAISSANCE D’AUVERGNE-RHÔNE-ALPES INDUSTRIE 4.0

Téléchargez le communiqué

Le big data intègre l’industrie du futur en Auvergne-Rhône-Alpes

Une première étape avant de nouvelles alliances des pôles de compétitivité régionaux

Ce vendredi 2 mars, le Pôle Mont-Blanc Industries et le cluster Auvergne Efficience Industrielle étaient accueillis dans les locaux de Pfeiffer Vacuum à Annecy pour annoncer leur fusion au sein d’une nouvelle entité, Auvergne-Rhône-Alpes Industrie 4.0. Ce rapprochement stratégique va permettre d’intégrer les compétences du Big data, de la smart metrology et de l’accompagnement à la numérisation à l’industrie d’usinage de haute-précision et de mécatronique. Cette fusion est l’aboutissement d’une collaboration qui dure depuis trois ans et qui a montré la complémentarité des deux structures avec des projets comme le prototypage de la formation Data Scientist de l’ingénieur ou des approches communes sur la métrologie au service de la maintenance prédictive. Avec cette fusion, AURA Industrie 4.0 réaffirme l’ambition de ses deux parties d’accompagner les entreprises industrielles de la région face aux nouveaux enjeux du numériques, à l’industrie 4.0 et à ses potentialités. Outre la complémentarité de compétences sur laquelle capitaliser, cette fusion va permettre à la nouvelle entité de rayonner géographiquement sur l’ensemble de la nouvelle région en mutualisant les moyens. La prochaine étape est de créer une alliance entre les trois grands pôles de compétitivité que sont Mont-Blanc Industries, Plastipolis et ViaMéca qui réunit la force d’un collectif face aux grands appels à projet et l’agilité opérationnelle sur un territoire élargi.

Une vision et une méthode partagées

L’industrie 4.0, l’usine du futur et la transition numérique sont au cœur de la stratégie du pôle Mont-Blanc Industries qui en a fait une priorité avec des projets comme Usitronic par exemple ou des projets de robotique pour l’usinage de pièces sensibles en aéronautiques, objets de plusieurs FUI labellisés par le pôle. De son côté, le cluster Auvergne Efficience Industrielle (e-cluster) s’est créé il y a trois ans à Clermont-Ferrand pour promouvoir l’innovation et l’efficience aux justes coûts à travers une utilisation pertinente des données fournies, notamment par l’industrie, par sa compétence en Big Data et traitement des données.

La collaboration entre les deux structures a débuté autour du label Mont-Blanc Excellence et très vite les liens se sont noués sur une vision partagée de l’industrie et des projets à mener autour de l’industrie 4.0 en alliant le savoir-faire lié au Big data à l’organisation de la transition numérique et à la smart metrology.

C’est ainsi que la formation de Data Scientist de l’ingénieur a vu le jour sous la direction du e-cluster avec le concours de cinq entreprises industrielles de Mont-Blanc Industries dont notamment trois responsables de Pfeiffer Vacuum. Cette formation première du genre est en validation à la Conférence des grandes écoles et un Master spécialisé (bac +6) ouvre dès la rentrée 2018 à l’école d’ingénieur Sigma de Clermont-Ferrand.

Des travaux concernant la métrologie et son impact sur la productivité sont également en cours. Ils viennent souvent compléter et confirmer dans leur esprit des travaux déjà engagés par les industriels du pôle en leur offrant ici de nouvelles compétences et de nouvelles perspectives pour les déployer.

  • verbatim

« Cette fusion est le résultat d’une complémentarité évidente sur le plan tout d’abord de l’industrie 4.0 et de la géographie. Nous avions une vision et une stratégie commune que nous pouvons déployer pour rendre accessible l’industrie 4.0 à nos PME et ETI et relancer l’innovation de différenciation. »

Étienne Piot, président de Mont-Blanc Industries et d’AURA Industrie 4.0

  • verbatim

« C’est la fusion d’une organisation plus verticale, le pôle, avec une organisation plus horizontale, le e-cluster pour aller plus loin ensemble sur le sujet de l’efficience industrielle, du traitement des données, du web sémantique et de l’IoT pour plus de performance. C’est pour nous également la possibilité d’être immédiatement au contact de partenaires industriels, de bénéficier de leurs données et d’accéder à des projets éligibles au FUI ».

Jean Michel Pou, président du
e-cluster Auvergne Efficience Industrielle

  • verbatim

« Avec notre activité essentiellement centrée sur le marché des semi-conducteurs, nous sommes concernés à double titre par la révolution numérique et la transition énergétique. Nous cherchons à aller plus loin dans le traitement des données que nous produisons, au service des clients et au service de notre propre efficience. Cette fusion démontre toute la pertinence des acteurs du pôle et du cluster et nous en avons déjà vu l’intérêt en participant au prototypage de la formation Data Scientist proposée par le e-cluster ».

Eric Taberlet, président de Pfeiffer Vacuum SAS

Pérennité et rayonnement

Cette fusion conforte la pérennité des actions menées par les deux structures qui conserveront leur marque respective et des actions en propre. AURA Industrie 4.0 devient ainsi un acteur incontournable de la politique industrielle en région Auvergne-Rhône-Alpes en mettant en œuvre la simplification administrative et la mutualisation de moyens attendue et en rayonnant à l’échelle de la région ainsi qu’au niveau national.

Alliance future et agilité

AURA Industrie 4.0 poursuivra cette démarche de construction d’un grand écosystème industriel de la région avec sa politique d’alliance qui permettra de répondre au niveau européen à plusieurs appels à projets. C’est ainsi que l’alliance stratégique nouée entre Mont-Blanc Industries et Plastipolis en 2016 va s’étendre à ViaMéca pour des projets communs porteurs pour l’ensemble du tissu industriel de la région. À travers cette méthode se dessinent deux idées fortes : la force du groupe d’une part, l’agilité et proximité préservées des structures d’autre part.

La confiance des partenaires bancaires

En parallèle, les deux partenaires historiques bancaires de Mont-Blanc Industries, la Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes et le Crédit Agricole des Savoie ont décidé de mettre en œuvre un nouveau prêt à taux zéro spécial industrie 4.0. D’un montant pouvant aller jusqu’à 150 000 euros, Il concernera les projets permettant aux industriels d’aller plus loin dans leur transformation vers l’industrie 4.0.

 « Être banquier partenaire, c’est être aux côtés des entreprises pour les accompagner dans leur développement. Notre métier est de porter, avec eux, les évolutions et de favoriser la modernisation des outils de production vers les solutions proposées par l’industrie 4.0. Autant d’innovations et de progrès qui permettront de développer la compétitivité de nos entreprises régionales sur la scène nationale et internationale. »

Lionel Raymond, Banque populaire Auvergne-Rhône-Alpes, directeur commercial régional Haute-Savoie

 « Investir aujourd’hui, c’est préparer demain. Notre rôle de première banque régionale est d’encourager les efforts des entreprises qui cherchent à améliorer leur compétitivité et à muter vers l’’Industrie 4.0. »

Richard Laborie, directeur général adjoint, Crédit Agricole des Savoie,

Téléchargez le communiqué

Mont-Blanc Industries
Diane Dubois
Tél. : 06 30 06 35 89
E-mail: diane.dubois@montblancindustries.com

Fergus Mordacq, Ajuste communication
Tél.:06 62 73 74 14
E-mail: fergus.mordacq@ajuste-communication

15Fév 2018

Forte mobilisation des cinq barreaux des pays de Savoie pour la journée nationale

Téléchargez le communiqué de presse

La réforme en cours de l’organisation territoriale judiciaire prive les citoyens d’un accès normal à la justice en Pays de Savoie et dans toute la France

Les cinq barreaux de Savoie et Haute-Savoie se sont fortement mobilisés le 15 févier 2018 pour la manifestation nationale appelée par la Conférence des Bâtonniers, la Conseil national des barreaux et des syndicats de magistrats et greffiers. À cette occasion, les cinq barreaux des Pays de Savoie ont rappelé leur opposition déterminée à la réforme de l’organisation territoriale judiciaire telle qu’elle est proposée à ce stade. Il en va tout d’abord de l’accès des citoyens à la justice qui seraient fortement pénalisés avec cette réforme. Cela résulte d’une méconnaissance manifeste de la Garde des Sceaux du fonctionnement réel de la justice dans les territoires voire d’un mépris à son égard quand elle dit que les Cour d’appel ne participent pas de la justice de proximité. Il en va également du maintien de la Cour d’appel de Chambéry de plein exercice, sans être inféodée dans le cadre d’une régionalisation et qui saura faire valoir le traité de 1860. Il en va enfin du maintien de tous les tribunaux de grande instance des Pays de Savoie comme Albertville, Bonneville et Thonon-les-Bains.

Une réforme de l’organisation territoriale judiciaire au détriment des citoyens

Pour le maintien de toutes les juridictions de plein exercice en pays de Savoie et dans toute la France

« Aujourd’hui, nous sommes opposés à la régionalisation des cours d’appels et la départementalisation de tribunaux judiciaires qui ne répondent en rien aux exigences d’une justice de proximité et d’un accès normal des citoyens à la justice. Nous nous battons comme l’ensemble de nos confrères pour le maintien de la Cour d’appel de Chambéry de plein exercice comme des 35 autres Cours d’appel en France ainsi que pour le maintien des 164 tribunaux de grande instance dont ceux d’Albertville, Bonneville et Thonon-les-Bains en Pays de Savoie. »

La méconnaissance de la Garde des Sceaux et le déni de droit aux citoyens

« Cette réforme ne tient aucunement compte des citoyens et traduit de la part de la Garde des Sceaux une méconnaissance profonde du fonctionnement de la justice dans les territoires voire un mépris pour celui-ci. N’a-t-elle pas affirmé publiquement, à la stupéfaction générale de tous les avocats présent ce jour-là, qu’elle considérait que les Cours d’appels ne s’inscrivaient pas dans la justice de proximité ! »

Hautes cours, basses cours et citoyens sur le carreau

« De plus nous n’accepterons pas de voir se créer des « Hautes Cours » régionales et des « basses-cours » territoriales dépouillées de presque toutes leurs prérogatives pour créer à terme des déserts judiciaires, des zones d’accès au droit restreint excluant de fait de nombreux citoyens du circuit judiciaire. Ceux-ci se verraient contraints de porter leur contentieux dans d’autres villes plus éloignées multipliant et aggravant ainsi les obstacles géographiques, matériels et financiers d’accès à la justice. Cela toucherait bien entendu les justiciables les plus vulnérables ou les plus en difficulté, qui pourraient être amenés à renoncer à leurs actions.

« Ce principe est exactement le même concernant les tribunaux de grande instance qui doivent continuer d’exister pour assurer au citoyen de pouvoir traiter leurs affaires dans les meilleures conditions. »

Oui à la modernisation sous certaines conditions

« Les barreaux ne rejettent pas le numérique, encore faut-il qu’il soit au service du citoyen réellement. S’il peut simplifier certaines démarches, il ne doit pas empêcher un accès complet à une juridiction de plein exercice de proximité d’une part et d’autre part à un avocat. Il s’agit bien de garantir les droits des citoyens. De plus, Les avocats ne veulent pas d’une justice rendue en appuyant sur un bouton par un simple algorithme. L’humain doit rester au centre de la décision de justice quelles que soient les avancées technologiques dont il nous faudra tenir compte. C’est un vrai débat de société qu’il faut mener qui doit porter une éthique et des valeurs fondamentales et non une réforme au pas de charge. »

Une méthode de concertation déplorable

« Nous dénonçons la méthode de la Garde des sceaux qui est tout sauf une concertation à ce stade, sans aucune transparence, sans que rien ne soit déjà réellement écrit et proposé. Cette « méthode » continue de produire de fortes inquiétudes et interroge sur la bonne foi de la Ministre. Nous en sommes réduits à écouter les rumeurs, les informations confidentielles ce qui entretient notre colère et nos craintes ainsi qu’un stress général pour tous les partenaires de justice et les citoyens ici en Savoie Mont-Blanc et dans tous les territoires français qui connaissent la même situation. »

Une spécificité des Pays de Savoie Mont-Blanc

« Nos travaux de recherche menés font la démonstration de l’existence des actes préparatoires au traité d’adhésion de la Savoie à la France en 1860 et de ce que le maintien de la Cour d’appel de Chambéry de plein exercice a été une condition préalable majeure à ce traité. C’est un argument historique, juridique et constitutionnel que les barreaux des Pays de Savoie Mont-Blanc sauront activer si besoin. »

Téléchargez le communiqué de presse

Contact presse
Fergus Mordacq, Ajuste
fergus.mordacq@ajuste-communication.fr
Tél. : 06 62 73 74 14

30Jan 2018

Signature de PACT’Air, Accord transfrontalier unique en Europe pour la qualité de l’air du Grand Genève

Téléchargez le communiqué

Le Grand Genève et tous ses partenaires suisses et français*, ont signé le 30 janvier 2018 à Genève le protocole d’accord PACT’Air. Cela se traduit par un plan de 14 actions transfrontalières concrètes et novatrices visant à diviser par deux les oxydes d’azote (NOx) et de diminuer les particules fines (PM10) de 18 % sur la période 2005-2030. Ces objectifs ambitieux ont été fixés par le Projet de territoire 2016-2030. La signature de PACT’Air, première européenne en matière de gouvernance transfrontalière, marque la volonté politique et l’engagement des élus dans la dynamique du Grand Genève. Partageant la même vision, ils mettent en œuvre des actions communes dépassant les différences de pratiques et de réglementations pour harmoniser les moyens d’action les plus efficaces.

14 actions concrètes en faveur de la qualité de l’air

PACT’Air est avant tout un plan d’actions concrètes autour de 3 axes stratégiques :

  • l’amélioration durable de la qualité de l’air ;
  • la capacité d’une réaction coordonnée des deux côtés de la frontière en cas de pic de pollution ;
  • la création d’outils communs de diagnostic, de modélisation et de communication.

L’accord prévoit ainsi 14 actions permettant d’agir concrètement à l’encontre de la pollution atmosphérique, par exemple en visant la mise en œuvre de la circulation différenciée en cas de pic de pollution à l’échelle du franco-genevois, l’expérimentation d’une voie réservée au covoiturage à la douane de Thônex-Vallard, ou l’identification et la surveillance côté français des installations de chauffage au bois non performantes. En partageant les bonnes pratiques et en adoptant ce qui se fait de mieux de chaque côté de la frontière, ce plan doit permettre d’atteindre les objectifs ambitieux qui ont été fixés par le Projet de territoire 2016-2030, à savoir une diminution de 18 % des particules fines (PM10) et de 50 % des oxydes d’azote (NOx) sur la période 2005-2030.

Améliorer durablement la qualité de l’air : un enjeu majeur pour le Grand Genève

Ce plan est la nouvelle concrétisation d’une collaboration débutée dès 2012 sur la qualité de l’air (cf. encadré page suivante). Celle-ci est un enjeu majeur notamment en matière de santé publique pour l’agglomération du Grand Genève qui, avec un million d’habitants, est aujourd’hui l’une des plus dynamiques d’Europe. Cette activité se conjugue à une géographie qui rend localement difficile la dispersion des polluants. Il s’agit à travers ces mesures d’améliorer durablement la qualité de l’air et de pouvoir conjuguer prospérité et qualité de vie dans l’agglomération.

À ce titre, Luc Barthassat, conseiller d’État de la République et du Canton de Genève, chargé du Département de l’environnement, des transports et de l’agriculture (DETA) et chef de file suisse du projet a déclaré lors de la signature : « PACT’Air permet de poursuivre les actions déjà déployées à Genève pour mieux protéger la santé de tous. Afin d’agir à la bonne échelle, nous nous donnons aujourd’hui les moyens d’améliorer la qualité de l’air d’un territoire partagé en dépassant les frontières. »

De son côté Jean Denais, Président du Pôle métropolitain du Genevois français et chef de file français du projet a souligné : « Avec PACT’Air, on a su identifier ce que l’on fait de bien en France, ce que l’on fait de bien en Suisse, et on a su retenir le meilleur pour élever le niveau de chacun, en se hissant sur le standard le plus exigeant. C’est par ailleurs la démonstration de la pertinence du Pôle métropolitain du Genevois français pour initier et faire avancer des projets à l’échelle du Grand Genève. »

Un diagnostic et des outils communs pour agir

La première étape a consisté à mettre au point un outil commun pour pouvoir partager les diagnostics sur la qualité de l’air à l’échelle du Grand Genève. C’est G2AME, outil de modélisation et de cartographie des émissions de polluants sur le territoire du Grand Genève qui a vu le jour en 2015, grâce au fonds européens Interreg France-Suisse. Cet outil permet aujourd’hui de modéliser la concentration des polluants à l’échelle des rues. Il indique également les tendances qui ont permis de dimensionner les premières actions de PACT’Air pour répondre aux objectifs du projet de territoire.

Des deux côtés de la frontière, ATMO Auvergne-Rhône-Alpes et les services experts suisses apporteront toute leur maîtrise technique pour la mise en œuvre de PACT’Air en matière de surveillance, d’indicateurs et de modélisation, notamment à travers le développement de l’outil G2AME.

Des informations objectives et utiles

Pour accompagner la mise en œuvre de ce plan d’actions, une information objective et adaptée à chaque public va se mettre en place. Des outils de lecture pratiques se développent pour que les changements de comportements soient accessibles voire deviennent attractifs. Par exemple : apporter aux élus locaux des solutions clé en main pour faciliter la mise en œuvre d’actions, proposer une appli transfrontalière, et autres, à découvrir courant 2018.

*République française, République et canton de Genève, Canton de Vaud, conseil régional du District de Nyon, Ville de Genève, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Pôle métropolitain du Genevois français, Département de l’Ain, Département de la Haute-Savoie, l’Ademe, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes.

Contacts presse

Laure Fabiani
Tél. : +33 (0)6 89 16 32 28
communication@grand-geneve.org

Sébastien Jerdelet
Tél. : +33 (0)6 30 91 48 16
communication@grand-geneve.org

 

Téléchargez le communiqué

22Jan 2018

Huit parlementaires et plus de 20 élus locaux pour débattre de l’avenir de la Cour d’Appel de Chambéry autour de son 1er président, du procureur général et des cinq barreaux de Savoie et Haute-Savoie

Téléchargez le communiqué

Près de 30 élus dont 5 députés et 3 sénateurs, exécutifs départementaux, présidents d’agglo, maires et adjoints étaient au rendez-vous organisé par les barreaux de Savoie et Haute-Savoie sous la présidence de Michel Allaix, 1er président de la Cour d’Appel de Chambéry et de Brice Robin, Procureur général, pour s’informer et débattre du maintien de la Cour d’Appel de Chambéry. Il s’agissait à cette occasion de décrypter les annonces faites par le gouvernement ainsi que le rapport remis par Messieurs Houillon et Raimbourg sur l’organisation judiciaire et de réaffirmer les positions des cinq barreaux de Savoie et de Haute-Savoie.

Pour les citoyens, une bataille gagnée mais pas la guerre

Aujourd’hui il semble que les barreaux aient gagné une bataille, la ministre de la Justice assurant qu’aucun lieu de justice ne serait supprimé et que le maillage territorial judiciaire serait conservé. Mais qu’est-ce qu’il se cache derrière les mots : socle commun, tribunal unique départemental, tribunal de proximité, numérique qui serait « le cœur du réacteur » de la réforme ; parce que « sans le numérique, la réforme de la justice Française (révolutionnaire) ne serait pas possible » selon la Garde des Sceaux elle même

« Notre mission et notre combat : la défense des droits fondamentaux des citoyens »

Tous les bâtonniers de Savoie et Haute-Savoie le réaffirment avec force par la voix de Catherine Anxionnaz, bâtonnier de Chambéry référent : « nous refusons le risque de voir se créer des déserts judiciaires au même titre qu’il existe aujourd’hui des déserts médicaux. De voir se créer des zones entières où des populations auraient l’impression d’être exclues du circuit juridique normal devenant de fait des citoyens de seconde zone. Ceux-ci se verraient contraints de porter leur contentieux dans d’autres villes plus éloignées multipliant et aggravant ainsi les obstacles géographiques, matériels et financiers d’accès à la justice. Cela toucherait bien entendu les justiciables les plus vulnérables ou les plus en difficulté, qui pourraient être amenés à renoncer à leurs actions.

Tout ça nous inquiète et si nous partageons la volonté de modernisation de la justice, nous, défenseurs de tous les citoyens et souvent des plus faibles, n’accepterons qu’aucun droit des citoyens puisse être amoindri, voire sacrifié sur l’autel de la ‘’modernisation’’ et de la ‘’simplification’’. »

Aujourd’hui 30% des citoyens n’ont pas accès au numérique dont les plus fragiles. Pour d’autres, comment les laisse-t-on seuls devant un écran se débrouiller pour exposer leurs griefs. Les avocats ne veulent pas d’une justice rendue en appuyant sur un bouton par un simple algorithme.

Quelles missions des juridictions pour quel avenir ?

Le rapport Houillon et Raimbourg évoque un socle commun de compétences pour les Cours d’appel, mais dans cette version, ce socle commun est réduit au strict minimum. Le projet de réforme pourrait bien vider de sa substantifique moëlle (c.a.d. la dépouiller de ses activités essentielles de cour de plein exercice) la Cour d’appel de Chambéry qui n’est pas régionale. Le même constat prévaut pour le tribunal de proximité qui serait réduit à un juge unique avec peu de domaines de compétence et une suppression des recours.

De sorte que, quand bien même la Cour d’Appel serait aujourd’hui maintenue, les dispositions législatives ou réglementaires (Exemples : transferts de contentieux hors des ressorts de Savoie et Haute Savoie, gestion et animation régionales) vont amoindrir la situation ou les compétences de la cour d’appel de Chambéry et des juridictions locales. A moyen terme, en raison de la baisse d’activité prévisible, l’existence de la cour et des tribunaux sera de nouveau posée.

« Notre combat est aujourd’hui de conserver le socle actuel de la Cour d’appel de Chambéry et de na pas vider de leur substance les juridictions de proximité », disent à nouveau les cinq barreaux

Les travaux de recherche menés pendant plusieurs mois livrés à l’Elysée, à Matignon, à la Chancellerie ainsi qu’aux rapporteurs Raimbourg et Houillon, font la démonstration de l’existence des actes préparatoires au traité et de ce que le maintien de la Cour d’appel de Chambéry a été une condition préalable majeure au traité de 1860. C’est un argument que les barreaux de Savoie Mont-Blanc sauront activer si besoin.

Des impacts sociaux-économiques et environnementaux pour nos territoires

Des déplacements plus fréquents, des distances plus longues à parcourir, des frais plus importants pour les citoyens, des périodes plus longues d’absence ou d’indisponibilité. Même si cela a l’air transparent, l’accès à la justice de proximité contribue à une qualité de vie, à un environnement favorable au développement, à la fluidité des relations entre les entreprises et entre les entreprises et leurs salariés. À ce titre, les juridictions participent de l’écosystème économique de la Savoie et de la Haute-Savoie, parmi les plus dynamiques de France, en offrant une garantie du respect des droits des hommes comme des entreprises.

Une méthode de concertation contestable

Le timing de Mme Le Garde des Sceaux est une marche forcée ; les concertations se font et/ou se feront au pas de charge. Cette méthode contestable a produit de l’expectative, de la crainte, la transmission d’infos erronées et un stress diffus général pour tous les partenaires de justice et les citoyens ici en Savoie mais dans d’autres territoires français qui connaissent la même situation.

(Liste des parlementaires présents en page suivante)

Contact presse
Fergus Mordacq, Ajuste
fergus.mordacq@ajuste-communication.fr
Tél. : 06 62 73 74 14

 

La liste des parlementaires présents à la table ronde du 22 janvier 2018

Emilie Bonnivard, députée de Savoie

Typhanie Degois, députée de Savoie

Marion Lenne, députée de Haute-Savoie

Martial Saddier, député de Haute-Savoie

Vincent Rolland, député de Savoie

Martine Berthet, sénatrice de Savoie

Loïc Hervé, sénateur de Haute-Savoie,

Jean-Pierre Vial, sénateur de Savoie

De nombreux autres élus étaient présents dont des représentants des deux conseils départementaux et des grandes agglomérations, notamment Grand Annecy, Grand Chambéry et Grand Lac.

Téléchargez le communiqué

Page 1 sur 212

AJUSTE COMMUNICATION - OSEZ LA PERTINENCE ! - AGENCE DE COMMUNICATION ANNECY